Catégorie : Château de Ferrières

Journées européennes du Patrimoine 2022

Le “patrimoine durable“ s’affiche comme titre de cet accueil, donc bien sûr à Ferrières.
Patrimoine durable : la définition fournie par le Ministère de la Culture tempère notre embarras : “réinterroger les pratiques, les enseignements tirés des traditions, la continuité des savoir-faire“, “privilégier les restaurations qui tiennent compte des réemplois et des matériaux naturels, de la résilience énergétique“.

Lire la suite Journées européennes du Patrimoine 2022

De l’entrain à la patience, l’approche de l’équinoxe apprend le juste équilibre

Les dommages provoqués par une tempête en 2017 sur le toit principal sont effacés avec doigté, la couverture d’ardoises en est progressivement libérée.
« Pasa gotita gotita, el café », me rétorqua la serveuse alors que je l’avais commandé depuis plus d’un quart d’heure…

Lire la suite De l’entrain à la patience, l’approche de l’équinoxe apprend le juste équilibre

Préliminaires d’une renaissance

Les échafaudages imposants et l’attente du premier frémissement sur les toitures de Ferrières avaient suscité alentours une large curiosité. La surprise n’en fut pas moindre à l’ouverture du rideau.
Le chantier attendu fut engagé par deux ouvriers aussi agiles que déterminés disposant pour appareillage d’une simple poulie et d’une brouette : le Moyen Âge revisité !

Lire la suite Préliminaires d’une renaissance

Échafauder un projet confine au rêve ; passer au réel n’en est que plus audacieux

Les moyens techniques ont réussi à engloutir notre apprentissage constant de la vie : dorénavant, évoquer l’attrait du virtuel est obsolète puisque le virtuel déjà nous domine. Seul reste à notre disposition l’unique maître-mot de chaque instant : “il est interdit de sommeiller“.

Lire la suite Échafauder un projet confine au rêve ; passer au réel n’en est que plus audacieux

où l’on entendait une vieille boîte à musique : la “Maison du luthier“…

Il y a un demi-siècle tout juste naissait à Ferrières un écrin de pierre et de bois : comme un rêve au sortir de l’adolescence crédule avant que, quinze ans après, la société absurde et ignorante n’impose la loi de l’éphémère à la poésie, à la beauté et à la générosité en fermant ce lieu dont tant d’artistes louèrent la magie.

Lire la suite où l’on entendait une vieille boîte à musique : la “Maison du luthier“…