Articles

Au plaisir de découvrir notre patrimoine et nos racines…

Les membres de l’Académie des Arts et des Sciences de Carcassonne à la rencontre d’une « maison aux champs » de la Renaissance : percevoir un certain art de vivre à la Renaissance dont témoigne Ferrières.
Le château en pleins travaux ne peut maintenir son ouverture habituelle au public. C’est donc à la demande des visiteurs et sous des mesures appropriées de sécurité que la maison cultive sa tradition d’hospitalité.

Lire la suite Au plaisir de découvrir notre patrimoine et nos racines…

Persévérons

Dorénavant, à sept mois-lumière de chez nous, un char à roulettes emmanché d’un long cou s’aventure sur le plancher des martiens
Généalogie d’une prouesse
Aussi considérable qu’elle ait pu paraître parmi les informations que déroulent inlassablement les actualités du jour, la prouesse s’inscrivit au même titre que les plus ordinaires.

Lire la suite Persévérons

Naufragé…

L’œuvre d’art est désignée par son intemporalité. Aux artistes —comme aux poètes, aux compositeurs, aux philosophes—, l’inspiration confère à leur création de pénétrer notre âme, ici déposée sur l’île “Terre“, seule. Une âme solitaire pour dire les flots torrentueux du fleuve des âmes. Enseignement sans discours, libre hors limites, toujours présent dans l’immédiateté : ainsi …

Lire la suite Naufragé…

Chemins de Santo Toribio de Liébana (Caminos a Santo Toribio de Liébana) de Victor Guerra

Merci à Victor Guerra de m’avoir invité à écrire le prologue (ici, traduit de l’espagnol) de son ouvrage décrivant les “Routes Cantabres et Asturiennes“, paru aux éditions Delallama
Tels des phares dans la vie nocturne du Vieux Continent, certains lieux apparaissent à l’horizon là où l’ancien Empire romain disparaît. Puis, comme un mirage, ils rejaillissent sous son reflet carolingien.

Lire la suite Chemins de Santo Toribio de Liébana (Caminos a Santo Toribio de Liébana) de Victor Guerra

Sans contact…

Étreinte : « le retour de l’enfant prodigue », tableau si émouvant de Rembrandt…
Fidèle au texte de Luc (XV, 20 à 24), le père apaise son fils et profite du bonheur sans limite de le retrouver. Une joie indicible exprimée par le silence et l’immobilité du temps. Scène inimaginable dans la période d’abstinence que nous traversons : le partage des émotions se limite au regard, seul rescapé du masque qu’imposent les mesures de protection sanitaire.

Lire la suite Sans contact…